Paroles d’expert : et si on dématérialisait les protocoles de sécurité ?

Quelles obligations ? Comment bien les rédiger ? Comment les diffuser de manière efficace ?Notre experte HSE explique comment les protocoles de sécurité, quand ils sont bien rédigés et correctement administrés, peuvent faciliter le quotidien des parties-prenantes et réduire les risques d’accident.

  • Quel est le rôle d’un protocole de sécurité ? Que doit-il contenir ?

Un protocole de sécurité permet d’identifier les risques liés aux opérations de chargement / déchargement et les mesures de prévention associées. De cette manière les risques sont maîtrisés et on réduit les possibilités d’accident.

Pour ce qui est du contenu, il se découpe en 2 parties : la partie transporteur, contenant les informations relatives au véhicule, à la marchandise et à l’opération prévue, et la partie entreprise utilisatrice, qui recense toutes les informations nécessaires au bon déroulement de l’opération. Parmi celles-ci, le plan du site, les horaires d’accès, le lieu de livraison et bien sûr les consignes de sécurité en vigueur sur le site avec la procédure d’urgence en cas d’accident.

Dans le cas du transport de matières dangereuses, des précautions particulières sont à prendre en lien avec l’ADR. Ces différentes obligations permettent de cadrer le transport de la matière dangereuse ainsi que son dépotage en entreprise par exemple, toujours dans le but d’éviter toute situation d’accident.

La rédaction du protocole de sécurité nécessite donc une bonne coordination afin que les 2 interlocuteurs remplissent leur partie respective et prenne connaissance des informations importantes.

  • Quelles sont les obligations légales ?

La rédaction d’un protocole de sécurité est obligatoire du moment qu’une entreprise utilisatrice fait intervenir un transporteur, dans le cadre d’une opération de chargement ou de déchargement (Article R4515-4 et R4515-5).

Le protocole de sécurité remplace alors le plan de prévention afin de répondre aux risques spécifiques de ce type d’opération.

Lorsque les deux parties sont identifiées avant le venue du transporteur sur site, le protocole de sécurité est rédigé préalablement. Dans le cas contraire, c’est à l’entreprise utilisatrice de récolter les informations nécessaires à sa rédaction, laissant le transporteur compléter le protocole lors de son arrivée dans l’entreprise. 

C’est particulièrement dans ce cas de figure qu’il peut y avoir des failles : un prestataire étranger ne comprenant pas la langue d’écriture ou une prise de connaissance partielle des règles de sécurité, génèrent des situations à risques lors de l’opération.

  • Selon vous, qu’est ce qu’un bon protocole de sécurité ?

Un bon protocole de sécurité est un protocole rédigé à l’avance, où chaque partie a pris connaissance en amont des informations nécessaires au bon déroulement de l’opération, notamment pour le transporteur : spécificités du site, lieu de livraison, consignes de sécurité…L’arrivée est alors fluide, rapide et sécurisée.

  • Quels sont les risques majeurs d’une opération de chargement / déchargement ?

Je recense 4 risques majeurs :

  • Le risque lié à la circulation et à la coactivité entre engins et piétons. Sur certains sites les piétons sont prioritaires, sur d’autres ce sont les véhicules. Si cette information n’est pas clairement retenue par le transporteur, un accident est vite arrivé.
  • Le risque lié au produit transporté. S’il est considéré comme matière dangereuse, le risque d’incendie/explosion ainsi que le risque chimique sont à prendre en compte.
  • Le risque lié à la manutention, manuelle ou mécanique, qui peut entraîner des écrasements par exemple.
  • Le risque de chute de hauteur et de plain pied, car il y a souvent un écart entre le quai de chargement et le camion. C’est un risque à ne pas négliger, n’oublions pas que beaucoup d’accidents ont lieu lorsque le camion est à l’arrêt, surtout si l’opération s’effectue dans la précipitation !

Les risques augmentent puisque il y a coactivité et que les transporteurs interviennent sur des lieux qu’ils ne connaissent pas. D’après la CARSAT, 70% des accidents dans le secteur du transport routier arrivent au sein de l’entreprise utilisatrice.

  • Qui est responsable en cas d’accident ?

D’après l’article L4741-1 du code du travail, le défaut de protocole de sécurité est un délit puni d’une amende de 3750 €. L’insuffisance ou l’absence de protocole de sécurité peut entraîner des poursuites pénales pour blessures ou homicide involontaire. En cas d’accident ou d’incident, ces poursuites peuvent concerner aussi bien le transporteur que l’entreprise utilisatrice.

  • Quels sont les enjeux principaux ?

J’entends souvent que le plus difficile à gérer finalement est la gestion des différentes versions des protocoles. Beaucoup d’entreprises utilisatrices ont des interlocuteurs différents selon les transporteurs, créant parfois une quantité de protocoles de sécurité très conséquente qui s’éparpille dans l’entreprise.

Cette dispersion génère une perte de temps et de données potentiellement importante. Mais les problèmes de versions ne sont pas la seule source d’incompréhension. Les transporteurs peuvent venir parfois de loin, et ne parlent pas toujours, pour ne pas dire souvent, la même langue que l’entreprise utilisatrice. Celle-ci doit alors être capable de transmettre les informations importantes dans la langue du transporteur, ou du moins dans un formalisme que celui-ci comprenne. Avec l’essor du numérique il est maintenant facile de communiquer ses consignes dans la langue souhaitée, avec des pictogrammes, mots clés et images, qui permettent à tous une bonne compréhension.

La coordination entre les parties est également un point clé dans la gestion des protocoles, il faut mettre en place une certaine organisation, qui ne laisse aucune place à l’imprévu.

  • La dématérialisation des processus peut-elle être la solution ?

Opter pour un format digital peut effectivement lever bien des contraintes et des inconvénients. Le numérique permet d’avoir un contenu toujours à jour, de diffuser la bonne information au bon moment, (donc en avance !), à toutes les parties prenantes et dans la langue souhaitée. Le protocole est disponible 24/7, facilement modifiable et surtout cela permet de bénéficier d’une traçabilité des actions effectuées. La liste est longue ! C’est un bon investissement qui simplifie le quotidien de tout le monde.


Vous avez d’autres questions ? Vous voulez faire le point sur la gestion de vos protocoles de sécurité ? Nos experts sont à votre disposition.

Découvrez comment Cikaba a digitalisé l’accueil sécurité visiteurs chez Michelin

En savoir plus