Mieux apprendre avec le digital

La place grandissante de l’apprentissage par le digital se confirme, profitant de la crise sanitaire pour accélérer sa croissance. Cependant certains professionnels ne sont pas encore complètement convaincus de son intérêt, notamment pour l’apprenant. Pourtant, pédagogiquement efficace et économiquement profitable, le format digital présente de nombreux avantages non négligeables, autant pour l’apprenant que pour le manager, particulièrement pour le secteur de la prévention. Décryptage de ces nouveaux formats numériques.

Une tendance à la hausse

Revenons brièvement aux origines du phénomène pour mieux le comprendre. Portés par l’essor du digital, les MOOC sont nés aux USA en 2008 et ont donné une nouvelle approche de l’apprentissage, jusqu’alors majoritairement en groupe en présentiel, avec un support “classique” et statique. Le principe des MOOC est simple, donner accès à un savoir de manière illimitée et totalement libre sur le web. Une nouvelle forme d’interactivité se développe alors, sur les forums et les réseaux sociaux, ainsi que du feedback immédiat grâce à des quizz par exemple. Les résultats ne se font pas attendre, les MOOC séduisent et se répandent, c’est le début du distanciel, qui ne cesse de s’améliorer depuis.

Même si ce savoir est largement diffusé et accessible, le format numérique permet de suivre individuellement les apprenants et de leur proposer petit à petit un contenu personnalisé. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui l’adaptive learning, qui a vocation à se perfectionner notamment au moyen de l’Intelligence Artificielle. L’adaptive learning est particulièrement intéressante pour la prévention des risques professionnels, puisque selon son profil, sa mission et ses acquis, l’apprenant se verra délivrer les informations pertinentes dont il a besoin.

La transition vers des formats numériques se fait donc progressivement. Selon une étude de l’ISTF en 2020, 74% des entreprises ont recours au “blended learning”, qui consiste à mixer distanciel et présentiel. 

Et pour cause, le digital décuple les possibilités…

Vous l’avez compris, il existe de nombreuses dérives du “digital learning”, qui témoignent de ses multiples possibilités et de sa flexibilité dans les usages. Chaque entreprise a ses objectifs, ses particularités et ses ressources qui lui sont propres, auxquels il convient d’adapter les processus de formation et de sensibilisation.


Le format digital permet entre autres : 

  • D’être souple dans les usages : à distance, en présentiel, sur place, mixte… Un module de sensibilisation ou un accueil sécurité effectué à distance fait gagner un temps considérable aux équipes QHSE.
  • D’être accessible par tous, quelle que soit la langue, le niveau de formation et la technologie utilisée, et depuis n’importe quel endroit ! 
  • De s’adapter au profil de l’apprenant et de lui délivrer un contenu personnalisé selon son historique de formation, ses acquis, ses objectifs et bien sûr, sa mission.

L’apprentissage par le digital offre une expérience inclusive et centrée sur l’utilisateur. L’intelligence artificielle, grâce à l’usage des données, s’intègre petit à petit à l’équation, dans le but de renforcer encore l’impact pédagogique et la productivité des équipes, tout en réduisant les situations à risque.

…favorise l’assimilation…

Certains professionnels doutent encore de l’efficacité de l’apprentissage par le digital, convenant que le format n’engage pas suffisamment les apprenants. Et pourtant, le numérique est omniprésent dans notre quotidien, de manière croissante. Pourquoi cela ne serait-il pas un atout pour qui veut sensibiliser, transmettre et communiquer ?

Le digital, ou plutôt les écrans, attire l’attention, favorise la réactivité et l’interactivité, notamment grâce à la diversité des supports de communication. Le multimédia donne vie au contenu, que ce soit des vidéos, des infographies, des sons … et augmente l’intérêt de l’apprenant, qui sera donc davantage attentif et assimilera plus facilement les consignes données. L’interactivité peut être également renforcée grâce à des quizz ludiques, qui ont le double objectif de vérifier la bonne compréhension des messages et de stimuler la concentration.

Une étude de l’Afpa et de France Université Numérique de 2019 indiquait d’ailleurs que le “digital learning” favorise l’engagement (71%) et la performance des apprenants (61%).

 …et facilite la gestion

Apprendre mieux grâce au digital est donc possible, et représente même un atout pour les entreprises se dotant des bons outils, simples à utiliser, souples et interactifs.

Les industries et les organisations en général doivent s’adapter en permanence, saisir les opportunités offertes par les nouvelles technologies. Nous allons vers une digitalisation des processus, pensée pour améliorer la productivité et faciliter la gestion.

Dans le cas des dispositifs de formation et de sensibilisation, le digital permet de centraliser cette gestion depuis un seul outil, qui, contrairement à certaines idées reçues, n’est ni coûteux ni complexe à mettre en œuvre. Le suivi se fait alors en temps réel, les messages sont harmonisés et une démarche d’amélioration continue peut s’instaurer grâce à la capitalisation sur les données stockées.

Vous voulez en savoir plus sur la digitalisation des processus de prévention ?

Contactez-nous